L'automne avant l'heure pour les marronniers

Publié le

Aujourd'hui, un sujet pas très conso, mais de saison et très à propos sur ce blog  : la chute des feuilles de marronnier.

Avez-vous remarqué que les marronniers n'ont pas attendu l'automne pour perdre leurs feuilles ? C'est la faute à la sécheresse, me direz-vous. Et bien non : le responsable est un petit papillon, le Cameraria ohridella, ou plus exactement sa chenille, appelée la "mineuse du marronnier".


Pendant l'été, cette chenille creuse des galeries (des mines) à l'intérieur de la feuille du marronnier à fleurs blanches, afin d'y faire son cocon. La feuille sèche puis finit par tomber, prématurément. Et sans feuilles, pas de photosynthèse. Conséquences : l'arbre affaibli devient sensible à d'autres parasites tandis que ses fruits sont parfois réduits de moitié.

Pendant l'hiver, la chenille va rester à l'état de chrysalide dans la feuille morte au sol. Au printemps, la chrysalide va libérer un nouveau papillon. Un processus bien rodé qui a permis à cet insecte originaire de Macédoine de se propager à vitesse grand V dans toute l'Europe, notamment par les axes routiers. Presque aucune parcelle du territoire français n'est aujourd'hui épargnée.

Il existe peu de solutions pour lutter contre le Cameraria, le mieux étant encore de ramasser les feuilles mortes et de les brûler. Une étude européenne est en cours. En attendant le remède miracle, les municipalités répondent au problème en plantant d'autres essences ou en remplaçant le marronnier d'Inde par le marronnier à fleurs roses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kat 06/10/2009 12:48


ah ben tiens, moi qui croyais que c'était la faute aux dérèglements climatiques... merci pour cette info, je vais moins pester contre le trou d'ozone maintenant